Ce qu’il faut savoir sur la cigarette électronique

cigarette electroniqueAujourd’hui, la cigarette électronique est présentée comme une alternative au tabac qui cause environ 5 millions de décès par an dans le monde. Elle est vue comme un espoir pour les candidats au sevrage.

Apparu avec le renforcement de l’interdiction de fumer dans les lieux publics en 2008, ce produit séduit de plus en plus : 1,5 million de Français capoteraient quotidiennement.

Face à ce succès, les autorités sanitaires et politiques sont dépassées, personne ne s’attendait à un succès foudroyant auprès des fumeurs.

De plus en plus d’experts estiment que l’e-cigarette représente moins de danger. Ils voient en elle un véritable outil de sevrage et un moyen de rompre progressivement avec le tabac. D’ailleurs, le phénomène a eu un effet sur les ventes de cigarettes, orientées à la baisse depuis quelques années.

Cependant, de nombreuses questions demeurent sur son efficacité et son innocuité. Qu’en est-il vraiment? Est-elle dangereuse pour la santé ? Peut-elle aider les fumeurs à arrêter de fumer ? La vape va-t-elle devenir un médicament ?

On fait le point sur cet outil révolutionnaire. Interview de Marc Dubedout

Comment ça marche, une cigarette électronique ?

Description et origines

L’e-cigarette est un dispositif électromécanique produisant une « vapeur » d’eau ressemblant visuellement à la fumée produite par la combustion du tabac. Cependant, il ne s’agit pas d’un produit dérivé du tabac.

C’est en fait une invention électronique générant un aérosol destiné à être inhalé. Il produit une fumée artificielle qui peut être aromatisée de tabac blond, brun, de fruits,  de bonbons… et contenir ou non de la nicotine.

Contrairement à la fumée produite par la cigarette classique, cette vapeur n’a pas l’odeur du tabac brulé et est parfois présentée comme une alternative moins nocive au tabac ou comme un substitut pour le sevrage tabagique.

La cigarette électronique a été inventée par un pharmacien chinois du nom de Hon Lik, qui a rendu public le premier prototype en 2003. Elle est mise sur le marché en 2004 et son brevet déposé en 2005.

Depuis, l’e-cigarette a connu de nombreuses améliorations. Elle a évolué et s’est au fur et à mesure du temps bien implanté en France.

Il existe aujourd’hui de nombreux modèles de cigarettes électroniques, les fabricants mentionnent plus de 400 références, plus de 200 saveurs (tabac, menthe, fruits, chocolat, etc.), avec de la nicotine à des taux variables.

Ce concept connait un succès fulgurant et est en train de changer la vie de millions de fumeurs dans le monde.

Composition et fonctionnement

La cigarette électronique est un concept innovant, basé sur un contrôle des sensations. Elle reproduit la même bouffée en bouche et les mêmes sensations d’une cigarette classique.

Bien qu’il existe de nombreux modèles, le système de fonctionnement est sensiblement le même pour tous nous explique Marc Dubedout.

Jetable ou rechargeable, une e-cigarette est en générale composée d’une pile, d’un dispositif de stockage du « e-liquide » appelé cartouche ou réservoir et d’un clearomiseur permettant d’accueillir le e-liquide destiné à être vaporisé.

Lors de l’aspiration, l’e-liquide, mélangé à l’air inspiré, est diffusé sous forme de vapeur reproduisant la fumée. Une diode fonctionnant à l’électricité simule la combustion, qui dégage de la vapeur rappelant la fumée du tabac.

Des flacons d’e-liquides permettent de recharger la cartouche. Ces e-liquides se composent d’un support, d’un arôme, d’alcool, d’eau. Elles peuvent contenir, ou pas, de la nicotine, à des concentrations plus ou moins fortes.

Elles sont en générale composée de Propylène Glycol et la Glycérine Végétale qui sont les bases qui servent à produire la vapeur, des arômes de qualité alimentaire pour lui donner un goût (tabac, fruit, etc.) et de l’eau et de l’alcool servant à fluidifier les mélanges.

Pourquoi utiliser la cigarette électronique ?

Les utilisateurs ont découvert plusieurs avantages : le premier concerne la santé, ensuite son aspect économique et enfin la gestuelle similaire à celle d’une cigarette classique.

Aucune combustion, donc moins nocive que la cigarette classique

Force est de constater que la cigarette électronique est au moins 95% moins nocive que le tabac. Ne produisant pas combustion, elle ne génère ni goudrons, ni monoxyde de carbone, ni particules fines néfastes pour les poumons et les artères.

La vapeur de l’e-cigarette provient en effet d’une vaporisation par échauffement. Il n’y a pas les 4000 autres produits cancérigènes contenus dans une cigarette.

L’inexistence de ce phénomène de combustion écarte ainsi tout risque de tabagisme passif, de nombreuses maladies et problèmes de santé liés au tabac.

Plus d’odeur, plus de tabagisme passif, plus de brûlures des yeux, plus de risque de jaunissement des dents et d’agression des gencives. Elle est environ 1000 fois moins nocive qu’une vraie clope.

Les personnes qui effectuent la transition ressentent rapidement une nette amélioration de leurs capacités respiratoires, de leur odorat et du goût.

De nombreux témoignages témoignent de son efficacité. Les signes tels que l’essoufflement, la toux matinale, le teint cireux, la mauvaise haleine… disparaissent au profit d’un regain d’énergie.

Il n’y a donc pas de raison de ne pas exploiter cet outil qui apporte autant de satisfaction. Cependant, il vous faudra un peu temps pour vous adapter. Les signes du sevrage tabagique se feront ressentir, mais au bout de quelques semaines, les premiers signes positifs apparaitront.

Elle revient (beaucoup) moins chère !

En utilisant l’e-cigarette, observez vos finances. Vous vous apercevrez que vos dépenses tabagiques ont largement baissé. Votre budget sera rapidement divisé par 4 ou 6 (par rapport à votre ancienne habitude).

En effet, pour une consommation standard, elle revient entre 40 et 50 euros par mois, alors qu’un paquet par jour coûte environ 200 euros par mois.

La vape est donc une très bonne alternative pour votre porte- monnaie puisqu’elle vous permet de dépenser moins.

Conserver la gestuelle et la sensation

Les fumeurs qui décident de vapoter cherchent en général à retrouver la sensation de « hit » qu’ils avaient.

Avec l’e-cigarette, ils peuvent conserver la même gestuelle et la même sensation de hit (sensation du passage de la vapeur en gorge). Elle les aide à conserver ce rituel comportemental et le passage de la cigarette ordinaire à la vapote est bien plus facile que de se priver complètement.

La cigarette électronique aide-t-elle à arrêter de fumer ?

Des résultats encourageants

Les personnes sceptiques doivent se rassurer, les e-cigarettes peuvent vous aider à arrêter de fumer ou passer à une consommation moins risquée pour votre santé.

Il est difficile de cesser de fumer du jour au lendemain. La nicotine présente dans la fumée du tabac est une drogue et le manque de nicotine se fait très vite ressentir.

Pour apaiser ces malaises, les experts proposent très souvent de prendre de la nicotine sous une autre forme comme les patches, comprimés. Ces moyens d’aide sont aussi efficaces que la cigarette électriquement.

Selon une étude menée par le Professeur Riccardo Polosa, une personne sur deux utilisant ce dispositif, arrive à diminuer de façon considérable sa consommation de tabac puis à stopper la cigarette.

Les résultats sont très encourageants puisque vapoter réduirait les troubles de sommeil, l’irritabilité et la prise de poids souvent constatés lorsque l’on arrête de fumer.

Les effets de la cigarette électronique ont également fait l’objet d’une étude scientifique en Italie. 300 personnes ont été concernées par cette enquête. À l’issue de celle-ci, une baisse significative de la consommation (au moins 50 %) a été constatée chez 20 et 26 % des volontaires. Après une année de suivi, ce sont 8,7 % de personnes qui ont complètement arrêté de fumer, et cela, sans besoin d’assistance psychologique ou médicale quelconque.

Un nouvel outil de sevrage

La cigarette électronique n’est pas un dispositif médical, mais elle est considérée comme un outil de sevrage efficace. En effet, la désintoxication est grandement facilitée par le maintien de ces 4 facteurs : l’administration de nicotine, le geste, la vapeur et la contraction de la gorge (hit).

Grâce à cet outil, les symptômes de sevrage s’atténuent et plus le temps passe, plus vos chances de succès augmentent. Son voltage et sa puissance peuvent être configurés afin de bénéficier d’une meilleure sensation en gorge.

Les expériences des vapoteurs dévoilent que les fumeurs se sentent beaucoup mieux, ils subissent moins les premiers signes du sevrage tabagique.

Si vous souhaitez stopper, ayez simplement le réflexe de prendre votre e-cigarette pour décrochage progressif puisque vous pouvez essayer différentes saveurs qui vous feront oublier peu à peu le goût du tabac.

Ceux qui ont tendance à grignoter quand ils essaient d’arrêter de fumer, optez pour les saveurs fruitées pour leur côté frais des fruits et la fraîcheur qu’elles apportent.

La cigarette électronique est-elle risquée pour la santé ?

Certes, il n’existe pas encore d’études sur l’utilisation de la e-cigarette à long terme, mais la plupart des experts s’accordent  à dire qu’il y a une importante réduction des risques en comparaison avec la cigarette classique.

Ne produisant pas combustion, elle ne génère aucunes de ces substances toxiques comme le goudron, le monoxyde de carbone, l’acétone, ‘ammoniaque… causant de nombreux dégâts sur la santé tels que les maladies cardiovasculaires les cancers, la stérilité, les bronchites chroniques, etc.

Le vapotage n’altère ni le rythme cardiaque ni la pression artérielle. C’est la raison pour laquelle elle continue de séduire plusieurs. Les fumeurs utilisant exclusivement la cigarette électronique retrouvent leur souffle, leur virilité, arrêtent de cracher et tousser un peu partout.

En outre, en devenant utilisateurs exclusifs, vous diminuez la probabilité de développer des maladies imputables au tabac. Recourir à cet outil, c’est éviter d’inhiber des substances dangereuses pour la santé.

Cependant, l’e-cigarette n’est pas exempte de tout risque. Il peut y avoir une irritation des voies respiratoires supérieures de la bouche et de la gorge, des maux de tête, des vertiges et des nausées. Ces malaises sont dus en fait à la cessation du tabac.

Ces risques sont plus limités qu’avec des cigarettes normales qui contiennent plus de nicotine et 4000 substances toxiques.

Astuces pour bien choisir votre cigarette électronique

À chaque personne correspond une cigarette électronique bien particulière. Cependant, il existe des centaines de modèles si bien qu’il est compliqué de faire un choix.

Choisir une e-cigarette à la va-vite, c’est un peu comme se jeter dans le grand bain avant d’apprendre à nager, c’est pourquoi il convient de faire un point sur votre consommation et votre approche de la vape.

Privilégiez l’e-liquide en fonction de votre taux de nicotine

L’e-liquide est l’élément clé pour bien choisir votre produit. C’est ce e-liquide qui, chauffé entre 50 et 70 degrés créer la vapeur et alimente votre inhalateur. Pour trouver votre e-liquide idéal, choisissez le bon dosage en nicotine.

  • 18 ou 16 mg : conseillé pour les gros fumeurs qui fument plus de 20 cigarettes par jour
  • 12 de ou 11 mg : conseillé pour les fumeurs moyennement dépendant à la nicotine, qui fument entre 10 et 20 cigarettes par jour. Si vous passez du 18 mg au 12 mg pensez à garder quand même un flacon de e liquide 18 mg en sécurité pour pallier le besoin occasionnel d’une plus forte dose de nicotine
  • 6 mg : conseillé pour les personnes faiblement dépendantes à la nicotine. Elle correspond à une personne qui fume autour de 10 cigarettes par jour
  • Un e-liquide sans nicotine (0 mg) est conseillé pour les petits fumeurs, autour de 5 cigarettes par jour, qui sont très peu dépendants à la nicotine

Remarque : il est avisé de garder un e liquide 6 mg sous le coude au cas où un besoin de nicotine se ferait sentir, c’est une mesure de sécurité.

Choisissez le parfum qui vous correspond au mieux

Trouver le parfum qui vous correspond est essentiel pour bien commencer le vapotage. Il est généralement conseillé de se tourner, dans un premier temps, vers un liquide goût-tabac. Attention ! Il s’agit de goût-tabac, pas de goût de cigarette de tabac ! Vous pouvez choisir des liquides fruités, à la menthe, etc.

Source communique de presse de Marc Dubedout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *